Boire trop de lait serait dangereux pour la santé des adultes ?

0
2318

Boire 3 verres ou plus de lait par jour augmenterait de 90% le risque relatif de mortalité chez les femmes et augmente de 60% leur probabilité d’être victimes de fracture de la hanche (16 % de plus qu’une fracture d’os dans n’importe quelle partie du corps).

Ce résultat d’une étude suédoise, publiée dans la revue médicale britannique The BMJ (British Medical Journal), remet en questions nos idées reçues. Il est même en totale contradiction avec la recommandation qui nous exhorte à boire beaucoup de lait pour prévenir les fractures liées à l’ostéoporose.

Moindre risque pour les hommes

Chez les hommes, aucun lien statistique n’a été observé pour les risques de fracture. En revanche, une grande consommation de lait augmente de 10% le risque de mortalité.

Le chercheur suédois Karl Michaëlsson, principal signataire de l’étude, a pourtant fait remarquer que boire de petites quantités de lait ne portait pas atteinte à notre santé.

Préférez les produits laitiers au lait

Pour ce qui est des produits laitiers (fromages et yaourt), des liens statistiques existent toujours mais dans « le sens inverse ». En effet, les femmes qui consomment du fromage et de yaourt diminuent leurs risques relatifs de mortalité et de fractures. 

Le D-galactose pourrait être l’élément nocif

Les scientifiques avancent l’hypothèse selon laquelle l’effet néfaste de l’excès de consommation de lait chez les adultes pourrait être dû à la présence en quantité importante des sucres spécifiques, le lactose et D-galactose, dans le lait. Cette hypothèse semble être vérifiée par les résultats d’observation chez les consommateurs de fromage et de yaourts. Les quantités de lactose et D-galactose contenus dans ces produits sont moindres. La relation de cause à effet doit tout de même être vérifiée.

Résultat à prendre avec prudence

Menée par les chercheurs de l’université d’Uppsala, en Suède, l’observation s’est portée sur 61.433 femmes âgées de 39 à 74 ans et 45 339 hommes de 45 à 79 ans. Elle avait pour objet d’établir l’existence d’un lien statistique entre la quantité de lait et de produits laitiers consommés et la survenue de fracture notamment celle de la hanche ainsi que le risque relatif de mortalité.

L’analyse tient donc de l’observation et aucune relation de cause à effet n’a pas été formellement démontrée. Une conclusion hâtive peut nous induire en erreur étant donné que d’autres facteurs difficilement identifiables peuvent y intervenir.

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.