Gaumont a acquis un chronomégaphone aux enchères pour un million d’euros

0
67

Le commissaire priseur, Aymeric Rouillac, de la vente aux enchères au château d’Artigny, à proximité de Tours, a annoncé la vente « record d’un chronomégaphone » adjugé pour 1 240 000 euros, ce dimanche 7 juin 2015, à un représentant de la maison Gaumont. Deux acheteurs ont fait monter les enchères, Gaumont et un acheteur mexicain.

Un chronomégaphone est « l’ancêtre du cinéma parlant », créé par Léon Gaumont en 1902. Cet appareil, acquis aux enchères comprend encore tous ses accessoires originaux, tels que les 4 malles et leur contenu, des affiches, 14 photoscènes dont 7 avec disques, et environ une dizaine de films muets, pour un poids avoisinant
450 kg.

Le chronomégaphone fonctionne avec un courant continu de 70, 110 ou 220 volts, et le son, enregistré sur un phonographe est amplifié à l’aide d’une pompe à air, avec une synchronisation jointe à l’image sur pellicule, à l’aide d’un engin nommé « chef d’orchestre ».

A l’époque, Léon Gaumont avait fabriqué et livré en Europe, dans le Nouveau Monde et en Asie ,une cinquantaine d’appareils. Le chronomégaphone proposé à la vente appartenait initialement à la famille de Charles Proust, originaire de Tours.

Charles Proust projetait de « faire fortune » au Mexique grâce au chronomégaphone. Avec une équipe de professionnels, il avait embarqué le 30 septembre 1912 à Cuba, à la Havane et au Costa Rica, le 7 mars 1913. La Révolution mexicaine a chamboulé ses projets, et le chronomégaphone est resté au grenier.

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.

PARTAGER SUR