Chine : Un homme condamné à 6 ans de prison pour avoir laissé pousser sa barbe

0
12
barbe

Un homme a été interpellé et condamné à 6 ans de prison par un tribunal de la région musulmande du Xinjiang, dans l’est de la Chine, pour avoir laissé pousser sa barbe et laissé sa femme porter un voile couvrant son visage.

Des comportements jugés « provocateurs de troubles »

Le fait de se laisser pousser la barbe chez les hommes ou de porter un voile chez les femmes, est interdit depuis un certain temps dans la région musulmane du Xinjiang, dans l’Est de la Chine, car jugé sources de « querelles et de troubles » dans la société. Ainsi pour avoir laissé pousser sa barbe depuis 2010, et laisser sa femme porter un voile et une burqa masquant son visage, un homme a été condamné à 6 ans de prison. Selon le Quotidien de la Jeunesse, le couple de Kashgar avait déjà fait l’objet de plusieurs « rappel à l’ordre » avant leur interpellation. Interrogées sur ce cas précis, les autorités judiciaires de Kashgar ont indiqué qu’il ne s’agit pas de la première arrestation du genre dans la région.

« Tout un groupe de contrevenants aux règlements (contre) le port de la barbe, du voile et de la burqa ont été poursuivis et condamnés depuis le début de l’année. »

Opération « Objectif beauté »

Dans le cadre du lancement de l’opération Objectif beauté depuis maintenant une année, les autorités provinciales du Xinjiang ont invité tous les hommes à ne plus se laisser pousser la barbe et les femmes à laisser leur visage à découvert. Des pratiques fréquentes chez les Ouïghours (musulmans turcophones) et qui sont pourtant associées aux « idées extrémistes ».

Les organisation des droits de l’Homme condamnent

Les mesures prises par les autorités du Xinjiang ont été condamnées par les experts et groupes de défense des droits de l’Homme. Ces derniers ont affirmé que cette politique répressive de Pékin à l’endroit de la religion et des coutumes des Ouïghours (constituant la principale ethnie du Xinjiang), ont souvent été sources de violences et de vives tensions dans cette région de l’Asie centrale. En 2014, 200 personnes ont été tuées dans une série d’attentats et d’affrontements meurtriers avec les autorités, attribués notamment à des « extrémistes religieux » et « séparatistes ». Une même pratique a également déjà été condamnée en avril 2014 dans le district de Shaya, où les autorités proposaient des récompenses à tous ceux qui dénonçaient la présence de personnes qui se laissaient pousser la barbe ou qui se livraint à des activités religieuses illégales dans leur quartier.

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.

PARTAGER SUR
J'adore écrire et tout y passe! People, Santé, Actus, High-tech, Insolite, Buzz, Musique et Cinéma...Vous en aurez de toutes les couleurs sur le site grâce à moi ;)