Chikungunya : quatre cas découverts à Montpellier

0
112

Après les menaces de virus Ebola qui se sont toutes avérées négatives après analyse en France, voilà que l’on apprend que des cas de chikungunya ont été découvert à Montpellier.

Premiers cas autochtone de l’année

Ce mardi, France 3 Languedoc-Roussillon a rapporté que quatre cas de chikungunya ont été détecté à Montpellier. Ces contagions sont considérées comme étant les premiers cas autochtones de l’année puisqu’aucune des personnes atteintes n’a récemment voyagé dans un pays où l’épidémie était présente. Elles ont donc été contaminées en France par la piqûre d’un moustique-tigre et laisse craindre la propagation de la maladie sur le territoire. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle, l’agence régionale de la santé tiendra une conférence de presse à 16h afin d’apporter des éclaircissements sur ces cas de chikungunya découvert à Montpellier.

Avant toute chose, il serait important de savoir que le chikungunya est une maladie virale qui se transmet à l’homme par la morsure d’un moustique et provoque de fortes fièvres ainsi que des douleurs articulaires chez les personnes atteintes. Bien que n’étant pas mortelle, cette maladie peut cependant provoquer la mort chez les patients fragilisés. Ainsi, afin d’éviter toute contamination, le meilleur moyen serait de se protéger individuellement contre les piqûres de moustiques.

lutter contre le chikungunya

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.