Charlie Hebdo : L’hommage fracassant d’Albert Uderzo en image

0
49
albert

Albert Uderzo, le père d’Astérix a aussi rendu un hommage aux victimes de l’attentat contre Charlie Hebdo. C’est à travers la colère d’Astérix qu’il a réalisé un dessin pour l’occasion.

« Moi aussi je suis Charlie »

Sur le dessin réalisé par Albert Uderzo, on peut voir Astérix très en colère qui donne un coup de poing à un homme qui s’envole haut dans le ciel. Le petit bonhomme s’écrit en même temps « Moi aussi je suis Charlie ». En réalisant son dessin, l’artiste de 87 ans a confié qu’il voulait montrer à l’équipe du journal qu’il est avec eux, près d’eux. C’est après avoir tourné en rond pendant quelques instants qu’il a fini par pondre ce dessin qu’il offre en guise d’hommage aux victimes de l’attentat de Charlie Hebdo.

« Je me sens totalement près de ces garçons qui étaient loin de s’attendre à ce qui les attendait…Je voulais faire un dessin pour eux, que je leur offre évidemment…C’est pas terrible, s’excuse-t-il, Astérix qui donne un coup de poing, des pieds qui s’envolent… Mais pas de sandales de romains ! Ce sont des babouches ! (Rires.) »

charlie

Une marque d’amitié

Dans une interview accordée à Europe 1, Albert Uderzo a confié qu’Astérix n’avait absolument rien à avoir avec Charlie Hebdo. Mais il a juste voulu exprimer son effroi face à ce qui est arrivé à ces dessinateurs talentueux.

« Charlie Hebdo et Astérix, ça n’a rien à voir évidemment. Je ne vais pas changer ma casaque d’épaule ! Je veux simplement marquer mon amitié pour ces dessinateurs qui ont payé de leur vie…Comment peut-on faire des actions aussi épouvantables ? Comment des gens qui se disent humains peuvent-ils tuer des gens qu’ils ne connaissent pas, mais dont on leur a dit beaucoup de mal et, à partir de ce moment-là, il faut les tuer ? C’est insensé ! On revient à l’époque gauloise… Et encore, je ne suis pas sûr que les gaulois auraient pu avoir cet état d’esprit. »

Dessinateur est désormais un métier à risque

Comme la plupart des gens, Albert Uderzo n’aurait jamais cru que dessinateur était un métier à risque. Mais après ce qui est arrivé aux employés de Charlie Hebdo, il souhaite beaucoup de courage à la relève qui sont sur les lieux.

« De jeunes dessinateurs sont sur place maintenant : je leur souhaite beaucoup de courage. Qu’ils gardent en mémoire cette chose épouvantable arrivée à leurs confrères à laquelle personne ne pouvait s’attendre. »

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.