Centrafrique : des soldats Français soupçonnés de viols sur mineurs

0
17

Un document confidentiel de l’ONU, rédigé pendant l’été 2014, intitulé « La violence sexuelle sur les enfants par les forces armées internationales », décrivant les viols subis par de jeunes garçons en Centrafrique, a été dévoilé par Anders Kompas.

Des abus en échange de nourriture

Les faits se sont produits dans un camp de réfugiés de Bangui, la capitale centrafricaine entre décembre 2013 et juin 2014 alors que le pays était en proie à d’intenses combats. Sur fond d’accusations de viols sur mineurs commis par des soldats Français, une enquête a été ouverte en juillet 2014, dont le rapport final a été le rapport de l’ONU intitulé « La violence sexuelle sur les enfants par les forces armées internationales ». Le document, censé rester confidentiel et estampillé comme tel selon le Guardian qui affirme l’avoir consulté, a été dévoilé par Anders Kompas, le directeur des opérations de terrain au Haut-Commissariat de l’ONU pour les droits de l’homme à Genève. Jugeant que les Nations Unies n’ont pas engagé les moyens nécessaires pour agir, cet officiel – qui a récemment été suspendu de ses fonctions suite à la diffusion du document – a pris l’initiative de transférer le rapport aux autorités françaises.

Ce document confidentiel de l’ONU détaille « les viols et les sodomies » que les troupes françaises ont fait subir à de « jeunes garçons affamés et sans-abri ». Le comble dans cette histoire c’est que ces soldats, censés être le gardien de la paix se sont transformés en bourreaux pour de nombreux enfants en quête de gîte et de couvert, à l’exemple d’un garçon d’à peine neuf ans qui raconte, choqué et traumatisé, ce que deux soldats lui en fait subir alors qu’il les a approché dans l’unique espoir de se nourrir.

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.

PARTAGER SUR
Journaliste spécialisée dans l'actualité internationale et people.