Cancer de la peau : l’Australie interdit les cabines de bronzage

0
69

Dès le 1er janvier 2015, les cabines UV dans les salons et instituts de beauté sont interdites dans la plupart des Etats australiens dont la Nouvelle-Galles-du-Sud, le Victoria, le Queensland et l’Australie-Méridionale. En effet, ce pays possède le taux de mélanomes le plus élevé du monde : les cancers de la peau constituent près de 80% des nouveaux cancers diagnostiqués (soit environ 11.000 nouveaux cas de mélanomes diagnostiqués par an) et tuent 1.400 personnes chaque année.

Bronzage artificiel : dangers pour la santé

D’après une étude publiée dans la revue Jama Dermatology, les cabines de bronzage artificiel seront d’ici quelques années plus dangereuses que le tabagisme en termes de nombre de cancer imputable aux UV artificiels. A l’échelle mondiale, les UV artificiels sont à l’origine chaque année de 10.000 nouveaux cas de mélanome et 450.000 autres types de cancer cutané (carcinomes, sarcomes). Pour aboutir à cette conclusion, les chercheurs ont compilé puis analysé 88 études publiées entre 1992 et 2013 dans 16 pays différentes.

Cancer Council Victoria, une ONG australienne de lutte contre le cancer estime qu’un mélanome sur six chez les jeunes australiens provient des cabines de bronzage artificiel. Les recherches ont également montré que l’utilisation régulière de cabines UV avant l’âge de 35 ans double le risque de cancer de la peau.

Exposition aux UV artificiels : déconseillée par l’OMS depuis 2003

Reconnue comme étant l’une des principales causes de l’accroissement important des cancers de la peau, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) proscrit depuis 2003 l’utilisation des cabines de bronzage. En 2009, l’année où le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) classait les rayons UV parmi les agents cancérigènes avérés pour l’homme, le Brésil a décidé d’interdire le bronzage en cabine. En plus des risques cancérogènes, l’exposition aux UV artificiels accélèrent également le vieillissement de la peau.

En France, bien que le Sénat ait proposé en 2012 d’interdire les lampes à UV, le phénomène reste encore au centre de l’inquiétude des autorités sanitaires. De plus en plus de médecins demandent l’interdiction des cabines UV. Actuellement, l’interdiction s’applique uniquement aux mineurs.

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.