Bron : une enseignante victime de propos racistes provoque la grève de solidarité de ses collègues

0
39

Ce mardi 5 mai 2015, une journée de grève a été décrétée par la plupart des enseignants du lycée professionnel Tony-Garnier de Bron, pour soutenir une enseignante contractuelle, exposée à des propos racistes et antisémites, ainsi qu’à des caricatures, selon Olivier Frezza-Buet, professeur et représentant CGT éducation.

Depuis le mois de janvier 2015, les lycéens l’ont provoqué à maintes reprises en lui demandant « si elle buvait du vin, mangeait du saucisson, parlait hébreu, si elle était musulmane, quelle est son origine ». De plus, les caricatures montrent l’enseignante « criblée de balles, ou un personnage juif intitulé tête de chou ».

L’enseignante, d’origine algérienne, a adressé plusieurs rapports, à son chef d’établissement. Les lycéens incriminés ont subi des avertissements, en février et aucune suite n’a été donnée, selon le syndicaliste. Les provocations à l’encontre de l’enseignante ont repris, néanmoins, le chef d’établissement « refuse de convoquer un conseil de discipline, et a conseillé à l’enseignante d’aller porter plainte ».

Les collègues de l’enseignante harcelée se désolent du « manque de soutien du chef d’établissement ». Ils soulignent que si les enfants peuvent commettre des erreurs, des dispositifs disciplinaires appropriés sont disponibles, au sein du lycée pour « faire cesser ces actes ».

Sollicité par 20 minutes, le proviseur du lycée, Jérôme Frey parle davantage du « ressenti de l’enseignante » pour expliquer les multiples incidents. Même s’il reconnait que les remarques des jeunes de quelques lycéens, qui ont entraîné l’avertissement, étaient « inappropriées », ce responsable a parlé des valeurs républicaines en classe et a convoqué les familles. Jérôme Frey ne reconnait pas de « caractère raciste ou antisémite » dans les propos et les caricatures des élèves, et estime que le dossier était clos, fin février 2015.

Comme les incidents ont à nouveau recommencé, le proviseur a renvoyé chez eux les élèves concernés, pour trois jours. Après une écoute de l’enseignante et une étude des faits, Jérôme Frey ne trouve pas nécessaire la convocation du conseil de discipline. Il a conseillé à l’enseignante de porter plainte.

Si les professeurs ont décidé de continuer leur grève le mercredi 6 mai 2015, le proviseur, « reste ouvert au dialogue avec l’équipe éducative » et parlera aux familles des élèves, cette semaine.

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.

PARTAGER SUR