Un Brésilien de 26 ans a avoué avoir tué 42 personnes depuis l’âge de 17 ans

0
705
bresil

Ayant commencé à tuer des femmes blanches à l’âge de 17 ans, les victimes de ce jeune Brésilien de 26 ans ont atteint à ce jour le nombre de 42 personnes.

Pris en flagrant délit de meurtre

Arrêté sur les lieux d’un crime qu’il venait de commettre, à Nova Iguaçu, près de Rio de Janeiro où il venait de tuer une femme, Sailson José das Graças a avoué qu’il en avait déjà tué 41 autres depuis l’âge de 17 ans.

« À 17 ans, j’ai tué la première femme, ça m’a donné cette adrénaline, j’ai continué et j’ai aimé. »

37 meurtres depuis 2005

Dans ses confidences au site G1 de Globo, Das Graças a déclaré qu’au cours des neuf dernières années, il a assassiné 37 autres femmes qui vivaient en majeure partie dans la même région. Parmi ses victimes, il y avait également un enfant de 2 ans qu’il a tué par peur d’être repéré par les voisins car ce dernier criait pendant qu’il étranglait sa mère.

Des meurtres planifiés

Considéré comme un véritable psychopathe et un tueur en série, Das Graças affirme n’avoir aucun remord et arrive même à détailler ses actes sans aucun semblant de regret. Dans la presse, il a décrit chaque scène de meurtre à des détails près.

« Je les observais, les étudiais. J’attendais un mois, parfois une semaine, selon l’endroit. J’essayais de savoir où elle habitait, comment était sa famille, je guettais sa maison et après un certain temps, j’y allais à l’aube et cherchais une brèche et j’entrais. »

Une fois sur les lieux du crime, il cache son visage dans un cagoule et utilise aussi des gants pour ne laisser aucune trace de son passage. En général, il tue ses victimes à l’arme blanche ou par étranglement.

Un tueur à gage

Das Graças a également avoué avoir déjà tué à la demande d’autres personnes, notamment d’une femme et de son ex-mari, Cleusa Balbina et José Messias, en échange d’argent. Ces deux personnes ont déjà été arrêtées par la police brésilienne à l’heure actuelle.

Tuer pour l’adrénaline

Dans ses aveux, le jeune homme a expliqué qu’il faisait ça juste pour l’adrénaline.

« Quand je ne tuais pas, je devenais nerveux, je marchais dans tous les sens dans la maison, alors que quand je le faisais, je retrouvais la tranquillité. Je faisais une victime et je pouvais rester deux mois voire trois à penser à celle que j’avais tuée. Après je sortais en chasse ».

La plupart de ses victimes sont par ailleurs des femmes blanches, rarement des noires.

« Je recommencerai »

Mais alors qu’il pourrait être condamné jusqu’à 30 ans de prison, la peine maximale au Brésil, Das Graças d’affirmer qu’il recommencerai à tuer dès qu’il sortirait de prison.

« Je n’ai aucun remords» et «si je passe 10, 15, 20 ans en prison, dès que je ressortirai, je referai la même chose. »

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.