Belgique : un délinquant sexuel sera euthanasié le 11 janvier

0
215

Depuis des années, Frank Van Den Bleeken qui estime être une menace pour la société, demandait à ce qu’on l’aide à mourir pour des motifs psychologiques.

Le quotidien De Morgen a annoncé samedi 3 janvier qu’il allait être euthanasié par injection létale le 11 janvier prochain dans une prison de Bruges. « L’euthanasie sera en effet appliquée », a déclaré une porte-parole du ministère de la Justice au journal. Ce homme de 52 ans a passé les 26 dernières années en prison pour plusieurs viols et le meurtre de Christiane Remacle, une étudiante alors âgée de 19 ans, en 1989. Il avait refusé sa libération anticipée : « C’est normal que je sois en prison, je représente un danger pour la société » a-t-il expliqué aux journalistes de TF1.

Avant d’en arriver à ce stade, Frank Van Den Bleeken avait demandé à être transféré dans un centre médico-légal spécialisé dans les crimes graves, aux Pays-Bas. La justice lui ayant refusé cette première alternative, il a alors demandé le droit à l’euthanasie et l’a obtenu en septembre 2014. Pour justifier sa requête, il a évoqué des « souffrances psychiques insupportables » dans une prison où, selon lui, il ne pouvait bénéficier des soins adaptés à ses pathologies.

En Belgique, l’euthanasie sous condition a été légalisée à partir de 2002, ce qui en fait le deuxième pays à la pratiquer après les Pays-Bas. Néanmoins, le demandeur doit être capable de discernement, conscient et faire une demande dans ce sens de manière « volontaire, réfléchie et répétée » pour obtenir l’autorisation.

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.