Santé : les bactéries nouveaux outils de détection des maladies

0
11

Une équipe française de l’Inserm a réussi à démontrer que des bactéries « reprogrammées » grâce à la biotechnologie, permettent de déceler les signes d’une maladie dans les urines ou dans le sang.

L’avancée des travaux de ces scientifiques dans le domaine de la biologie de synthèse figurent dans la revue scientifique « Science Translational Medicine ».

La biologie synthétique conjugue la biologie et les principes d’ingénierie. Des médicaments innovants à moindre coût, ainsi que le développement d’outils de diagnostics in vitro font partie des nouveaux procédés.

Grâce notamment à l’électronique, les scientifiques de l’Inserm ont réussi à isoler la bactérie « Escherichia Coli ». Ils ont ensuite établi un système biologique de détection précise de la présence de glucose, dans les urines.

Ces bactéries ont acquis une nouvelle fonction après l’implantation d’un « transcriptor », une molécule d’ADN synthétique. Selon Jérôme Bonnet, chercheur et auteur de l’étude à l’Inserm, il s’agit de l’équivalent des transistors en électronique, qui servent d’interruption et d’amplificateur.

Le « transcriptor » permet ainsi aux bactéries de repérer les marqueurs pathologiques tels que le glucose, même présente en quantité moindre, dans les urines ou dans le sang.

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.

PARTAGER SUR