Australie bientôt, les parents qui refusent les vaccins à leur progéniture diront adieu aux allocations.

2
69

Ce dimanche 12 avril, lors d’une conférence de presse, le premier ministre australien, Tony Abbott, a annoncé que bientôt, les parents qui refuseront de faire vacciner leur progéniture, ne percevront plus certaines allocations familiales. Il s’agit d’une mesure de santé publique, selon Tony Abbott. Sa devise devient dés lors « pas de piqûre, pas d’argent ».

Dans un communiqué conjoint publié avec le ministre des Services sociaux, Scott Morrison, le premier ministre a affirmé « ce choix de pas immuniser les enfants n’obéit, à aucun fondement médical et ne doit pas être soutenu par les contribuables ».

La polémique date de 1998, la revue britannique « The lancer » avait affirmé que le ROR (vaccin contre la rougeole, les oreillons et la rubéole) provoque l’autisme. L’article a été retiré pour irrégularités, mais le doute s’est définitivement installé.

En Australie, le taux de vaccination avoisine les 90% pour les enfants de un à cinq ans. Actuellement, les enfants non vaccinés atteignent le chiffre inquiétant de 39 000, une augmentation de 24 000 cas en plus, depuis une décennie. Dans certains pays européens et aux Etats-Unis, des maladies précédemment éradiquées refont surface, à l’instar de la rougeole. A l’heure actuelle, les parents australiens qui ne veulent pas immuniser leurs enfants, sous couvert d’une clause « d’objection de conscience » touchent néanmoins des allocations de 15 000 dollars australiens (10 800 euros) annuels, par enfant. Si les nouvelles mesures, soutenues également par l’opposition travailliste, entrent en vigueur en 2016 après adoption au Parlement, les allocations ne seront plus allouées.

Cependant, ceux qui argueront de raisons médicales ou religieuses percevront des allocations réduites.

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.