Attentat de l’Hyper Cacher de Vincennes : La chaîne BFMTV traînée en justice pour « mise en danger de la vie d’autrui »

0
10
hyper

6 rescapés de la prise d’otages de l’épicerie Hyper Cacher de la porte de Vincennes, perpétré par Amedy Coulibaly le 9 janvier dernier, ont déposé une plainte contre la chaîne BFMTV pour avoir mis en danger leur vie le jour de l’attentat, alors qu’ils tentaient de se cacher dans la chambre froide du magasin.

« Mise en danger de la vie d’autrui »

Suite à une plainte déposée le 27 mars par Me Patrick Klugman, représentant des six ex-otages de la prise d’otages de l’Hyper Cacher de Vincennes, une enquête préliminaire a été ouverte par le parquet de Paris. La brigade de répression de la délinquance aux personnes (BRDP) de la police judiciaire est ainsi chargée de réaliser les investigations relatives à cette plainte auprès des principaux accusés dont le journaliste qui a retransmis les événements en direct à l’antenne le jour de l’attentat.

« La divulgation de la présence de ces personnes cachées, en pleine prise d’otages, est une faute qui ne peut rester impunie, d’autant qu’on savait très bien que le terroriste regardait la chaîne. Une information, même si elle est juste, ne doit pas mettre en danger des vies. »

En effet, le jour même de l’attentat, un journaliste de la chaîne BFMTV a commenté en direct les événements, en affirmant qu’une personne s’est réfugiée dans la chambre froide du magasin.

« Il y a une personne, une femme, qui se serait cachée dès le début, dès l’arrivée de cet homme à l’intérieur du supermarché, qui s’est cachée dans une chambre froide, qui s’est réfugiée dans la chambre froide et qui y serait encore, qui serait à l’intérieur de la chambre froide, donc à l’arrière de l’établissement. »

Ils voulaient se faire oublier

Ils étaient en effet 7 personnes à s’être cachées dans cet endroit. Tous les otages ont accepté de remonter à l’intérieur du magasin sous les menaces d’Amédy Coulibaly, sauf eux. Leur idée était de se faire oublier, comme l’avait précisé un des plaignants. Mais le journaliste aurait très bien pu les faire tuer étant donné que l’assaillant regardait à ce moment les infos à la télé.

« En restant dans la chambre froide, on savait qu’on avait désobéi, explique cet ex-otage. Notre principal souci était de nous faire oublier, en ne faisant aucun bruit. Si Coulibaly avait découvert notre présence, il y aurait pu avoir des représailles. »

La chaîne BFMTV a reconnu son erreur

De son côté, les responsables de la chaîne BFMTV n’ont pas voulu commenter cette affaire. Le directeur de la rédaction des infos, Hervé Béroud a quant à lui reconnu que cette phrase « inopportune » était « une erreur ». Mais il a également indiqué que le journaliste à l’antenne ce jour là, avait eu la confirmation de ses sources qu’il ne mettait pas en danger la vie des otages.

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.

PARTAGER SUR
J'adore écrire et tout y passe! People, Santé, Actus, High-tech, Insolite, Buzz, Musique et Cinéma...Vous en aurez de toutes les couleurs sur le site grâce à moi ;)