Attentat contre Charlie Hebdo : Hélène Ségara revient sur les événements du 7 janvier en évoquant son titre « Je dois me taire »

0
33
helene

Dans une interview accordée à Not Bed TV et en marge de la promotion de son nouvel album Tout commence aujourd’hui, Hélène Ségara est revenue sur les récents attentats qui ont frappé la France, notamment l’attaque contre Charlie Hebdo le 7 janvier.

« Ne pas oublier ce qui se passe dans le monde »

Près d’un mois après les attentats contre Charlie Hebdo, Hélène Ségara revient sur ses propres réactions au moment des faits et répond à toutes les critiques qu’elle a reçues à l’époque. Pour sa part, la chanteuse confie avoir été bouleversée par une telle violence entre êtres humains. Mais elle pense également qu’il ne faut pas uniquement se focaliser sur ce qui se passe en France car ailleurs, il se passe aussi beaucoup de choses qui méritent notre attention.

« Je suis comme quelqu’un qui espère qu’on va basculer dans le positif. Même si la situation est compliquée… Et pas qu’en France. Cela nous touche quand cela se passe sur le sol français, mais il faut arrêter de fermer les yeux sur ce qui se passe partout. »

« Je dois me taire »

Bien avant que la fièvre Je Suis Charlie ne fasse rage sur Internet après l’attaque contre Charlie Hebdo, Hélène Ségara avait déjà exprimé son opinion à travers son titre Je dois me taire qu’elle a posté sur son Facebook. Une publication qui a suscité beaucoup de critiques négatives de la part de ses fans dont certains la traitait même d’opportuniste. Mais pour la chanteuse, c’était une façon comme une autre d’exprimer ses sentiments sur le coup après avoir été – comme tout le monde, anéantie par de telles atrocités.

« Cette chanson qui s’appelle « Je dois me taire », je l’ai offerte en version live il y a pas mal d’années, justement dans des moments où il y avait eu des situations qui m’avaient affectée. C’est vrai que les fans qui me suivaient en tournée aimaient beaucoup cette chanson, mais je ne l’ai jamais exploitée commercialement…Je n’en revenais pas qu’on puisse rentrer comme ça dans un endroit, tuer de sang-froid des gens qui pour moi… J’aimais beaucoup Wolinski, Cabu… J’étais tellement sous le choc le matin où j’ai appris ça. J’ai eu les larmes aux yeux toute la journée. Et dans les heures qui ont suivi – je n’ai pas attendu que ça devienne le petit mouvement Je Suis Charlie – j’ai tout de suite posté cette chanson en téléchargement sur ma page. J’avais ce sentiment d’impuissance, et en même temps je me disais : Mais où on va ? Parce que je pense qu’on est en train de basculer vers un truc…J’ai remis cette chanson car je la trouvais d’actualité. J’étais choquée que les gens puissent penser que j’étais une opportuniste. Moi, la première photo que j’ai postée, avant qu’il y ait les petits panneaux « Je Suis Charlie », c’était une mitraillette qui disait « Ceci n’est pas une religion ». Et je le pense. »

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.