Attaque de Charlie Hebdo: Philippe Lançon, un des survivants témoigne

0
65

Philippe Lançon, journaliste de Libération et un des chroniqueurs de Charlie Hebdo était dans les locaux de la rédaction du journal satirique pendant l’attaque terroriste qui a eu lieu le 7 janvier dernier. Il a survécu au massacre et témoigne de ce qu’il a vu pendant l’attaque en se remémorant les derniers moments passés avec ses collègues.

Dans un récit publié le 13 janvier par Libération, Philippe Lançon raconte ce qui s’est passé dans la salle de conférence de Charlie Hebdo pendant l’attaque terroriste tuant 11 personnes dont des dessinateurs et des chroniqueurs du journal. Il commence par parler de son état et remercie tous ceux qui ont témoigné leur soutient: « Il ne me reste pour l’instant que trois doigts émergeant des bandelettes, une mâchoire sous pansement et quelques minutes d’énergie au-delà desquelles mon ticket n’est plus valable pour vous dire toute mon affection et vous remercier de votre soutien et de votre amitié. »

Tout au long de son témoignage, le journaliste décrit les circonstances dans lesquelles cette attaque a eu lieu tout en se remémorant les moments qu’il a passés avec « (s)es compagnons morts » ainsi que leur caractère et leurs habitudes. Pendant la réunion, au cours de laquelle les assaillants ont débarqué, les journalistes parlaient « justement (d)es jihadistes français ».

Philippe Lançon raconte qu’il était sur le point de quitter les locaux de Charlie Hebdo « quand les hommes aux jambes noires sont rentrés » et ont tiré. Il relate : « Moi, j’ai fait le mort en pensant que peut-être je l’étais ou le serais bientôt. »

Selon le journaliste, les faits lui ont rappelé les motivations de son métier : « par esprit de liberté et par goût de la manifester ». Il termine son témoignage en déclarant: « Il faut que nous puissions tous rire et informer de nouveau et plus que jamais pour eux, à Libération comme à Charlie, loin des pouvoirs et de leurs excès. »

« Il me faudra un peu de temps et de rééducation pour arriver à rire, la mâchoire est plus fragile que le cœur, mais j’y parviendrai, et ce sera parmi vous, mes collègues, mes compagnons, mes lecteurs et relecteurs, mes amis. »

Lire le témoignage en entier sur Libération.

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.