Assia, Mamma est là ou le récit d’une jeune mère de 26 ans dont la fille a été kidnappée par son père radicalisé

0
47
assia

Assia, Mamma est là (E. Michel Lafon) est le récit d’une jeune mère Lyonnaise de 26 ans, meurtrie par l’enlèvement de sa propre fille. L’auteur de ce kidnapping n’était autre que le père de la jeune enfant, un Franco-Tunisien qui appartenait à la mouvance djihadiste Forsane Alizza.

10 mois de cauchemar

Dans une interview accordée à L’Express, Meriam Rhaiem, la mère de la petite Assia a raconté son calvaire, la radicalisation de son ancien époux et le coup qu’il a bien préparé pour enlever sa propre fille. Son combat a duré au total 10 mois, un véritable cauchemar selon ses propres mots, qui a commencé au retour de son mari d’un pèlerinage à la Mecque. Après l’avoir forcé à plusieurs reprises à porter le voile intégral, à quitter son boulot et à enlever toutes les photos dans leur maison, le père d’Assia a fini par pousser son épouse à le quitter.

Pendant plusieurs mois, Meriam Rhaiem recevait la visite de son ancien mari qui venait voir sa fille de temps en temps. Elle était alors loin de s’imaginer qu’il avait préparé son coup depuis tout ce temps. Il avait en effet simuler un changement dont lui seul avait pourtant eu le contrôle.

« Il préparait son coup depuis de longues semaines: il avait rasé sa barbe, s’habillait normalement, l’emmenait à la piscine. Il voulait me faire croire qu’il avait changé. En réalité, il faisait refaire son passeport dans mon dos. »

Une histoire mal comprise par la police

Après avoir signalé l’enlèvement de sa fille au commissariat, Meriam Rhaiem n’a jamais été prise au sérieux. Ils pensaient juste qu’elle faisait d’un simple voyage d’un père avec sa fille, tout un drame. En 2013, la jeune mère a commencé à recevoir des messages de menaces de la part de son ancien mari, qui avait alors rejoint le groupe Jabhal al-Nosra, filière syrienne d’Al-Qaïda. Elle est restée en contact avec lui pendant un certain temps avant de convaincre les autorités du danger encouru par sa fille en Syrie.

Piégé par sa propre femme

Au mois d’août 2014, Meriam Rhaiem a tendu un piège au père de sa fille. Il a en effet réussi à le convaincre qu’elle allait les rejoindre en Turquie. Arrivée sur place avec des éléments de la gendarmerie, elle a non seulement réussi à récupérer sa fille, mais a mis son ancien époux derrière les barreaux.

« Je suis arrivée avec la gendarmerie, mon mari a compris que je l’avais piégé. Je n’ai jamais regretté, j’étais prête à tout pour sortir ma fille de cette guerre. »

Vivant aujourd’hui sous les menaces permanentes des amis et de la famille de son ancien mari, Meriam Rhaiem et sa fille ont été placées sous haute protection. La jeune mère aspire à une vie normale avec son enfant et a pensé publié son livre, non pas pour attiser la colère de l’Etat Islamique, mais afin d’aider ceux qui ont pu ou sont en train de vivre le même calvaire qu’elle.

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.

PARTAGER SUR
J'adore écrire et tout y passe! People, Santé, Actus, High-tech, Insolite, Buzz, Musique et Cinéma...Vous en aurez de toutes les couleurs sur le site grâce à moi ;)