Retour au pays des journalistes français condamnés en Papouasie

0
340

Thomas Dandois et Valentine Bourrat sont arrivés à l’aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle ce matin à 6h40.

La condamnation des deux journalistes en Papouasie

Thomas Dandois, 40 ans et Valentine Bourrat, 29 ans étaient venus en Papouasie avec des visas touristes. Ils effectuaient un reportage pour la chaîne Arte sur les activités des séparatistes avec leurs visas non conformes selon les autorités. Thomas Dandois était accompagné par trois membres de l’OPM (Mouvement de la Papouaise Libre) quand il a été interpellé dans un hôtel le 6 août. Valentine Bourrat a été arrêtée un peu plus tard. Ils ont été condamnés à deux mois et demi de prison vendredi dernier par un tribunal de Papouasie. Cette peine est considérée comme couverte car ils ont été détenus provisoirement à l’est de l’archipel.

Que risquaient-ils en réalité?

Les deux journalistes ont mené une enquête délicate en Indonésie. Le reportage porte sur le mouvement de l’OPM qui fait acte de rébellion armée contre les forces gouvernementales et lutte pour l’indépendance. Le gouvernement suit de très près les activités des journalistes car l’OPM l’accuse de violer les droits de l’homme contre les civils papous et de corruption liées aux ressources naturelles dans cette région.

Les journalistes étrangers doivent obtenir un visa journaliste et une autorisation avant de pouvoir effectuer toute activité dans cette région. Le procès des deux journalistes a débuté le 20 octobre pour usage abusif de visa d’entrée en Indonésie. Ils auraient pu être condamnés à 5 ans de prison pour avoir utilisé des visas touristiques au lieu de visas journalistiques.

Grâce à une forte mobilisation de l’association des Reporters sans frontières (RSF), qui a lancé une pétition, les autorités indonésiennes ont décidé de relâcher les journalistes français.

Journalistes français pendant le procés

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.