Un nouveau genre d’escroquerie à la carte bancaire découvert par la police judiciaire

0
1104

Une quinzaine de personnes ont été interpellées par l’office anti cyber-criminalité de la police judiciaire pour une affaire d’escroquerie visant les cartes bancaires qui a fait plusieurs centaines de victimes.

Les malfaiteurs ont mis au point un nouveau système qui consiste à recueillir les informations associées aux cartes bancaires des victimes avec des TPE (terminaux de paiement électroniques) de leur fabrication. Ces données sont ensuite re-encodées sur de fausses cartes qu’ils utilisent pour débiter les comptes des victimes depuis l’étranger (Thaïlande et Etats-Unis). C’est ainsi qu’ils ont échappé jusqu’ici aux filtres habituellement utilisées par les banques. Il aura fallu un an d’enquête à la direction centrale de la police judiciaire (DCPJ) avant de  boucler finalement ces cyber-escrocs. « L’idée était assez simple mais il fallait y penser et la monter », commente Valérie Maldonado, la directrice de l’office anti cyber-criminalité qui ajoute : « Personne ne comprenait ce qui se passait quand les victimes s’apercevaient des débits ».

Le cerveau présumé de ce réseau, qui comptait des commerçants, est un homme d’une cinquantaine d’années qui a toujours travaillé dans l’arnaque, sans jamais se faire prendre jusqu’à présent. Dix personnes sur la quinzaine interpellées ont déjà été écrouées le 27 novembre. D’après les enquêteurs, elles ont commencé avec le « skimming », une opération « classique » qui consistait à trafiquer un distributeur automatique (DAB) pour voler les données des cartes bancaires. Ils doivent encore recenser les victimes, estimées à plusieurs centaines pour connaitre l’étendue des préjudices qui pourraient atteindre des centaines de milliers d’euros.

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.