Un projet de plan de réduction du bruit approuvé par le Conseil de Paris

0
29

Le Conseil de Paris a approuvé un projet de plan de prévention du bruit routier ou PPBE. Ce projet qui résulte d’une obligation réglementaire, traite des nuisances provoquées par le périphérique.

Dans l’introduction du PPBE, il est précisé qu’environ 11% des parisiens soit 231 000 individus « résident dans un environnement bruyant causé par le trafic routier » pour un indicateur de bruit supérieur à 68 dB(A).

Les 34 mesures phares du PPBE

Les politiques de lutte contre la pollution de l’air ont inspirés pour l’essentiel les 34 mesures proposées dans le PPBE.

Le projet propose la création d’un « baromètre de l’environnement sonore à Paris », une sensibilisation du grand public, la couverture du périphérique avec un enrobé phonique, un programme de création de zones nouvelles et de zones à trafic limité, l’expérimentation de véhicules municipaux en pneus silencieux, l’amélioration du confort acoustiques des logements, et le renforcement du contrôle acoustique des motocyclettes et autres vélomoteurs dont les nuisances ont fortement augmenté avec le débridage des cyclomoteurs de la modification du pot d’échappement

Un résultat provisoire avant une adoption définitive

Le groupe UMP a voté contre le projet PPBE en le taxant de « compilation de mesures déjà vues », et a souhaité que la Mairie de Paris « poursuivre la couverture progressive du périphérique ».

Ces deux propositions se sont heurtées à un refus de la Ville de Paris.

L’adjoint de la Mairie de Paris en charge des Transports Christophe Najdovski (EELV) a expliqué les effets négatifs de la couverture partielle du périphérique en raison de son coût élevé et de possibles « concentration de polluants aux extrémités ». Il a orienté le débat sur une transformation du périphérique en boulevard urbain.

De son côté, Célia Blauel adjointe en charge de l’environnement (EELV) a annoncé que la baisse de vitesse entrainerait des difficultés « de méthodes et de calendriers ». Elle a illustré ses propos indiquant un impact compris entre 0,5 et 1,2 dB (A) pour la réduction de vitesse maximale de 80 à 70 km/h sur le périphérique.

Le projet de plan de réduction du bruit sera consulté publiquement pendant 2 mois avant d’être adopté définitivement.

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.