Angers: 1 an de prison avec sursis requis contre une employée du SAMU

0
28

Une employée du SAMU a comparu devant la justice lundi pour homicide involontaire. Un an de prison avec sursis a été requis par le tribunal correctionnel d’Angers.

Arnaud Blot, père de famille et ambulancier au CHU d’Angers, a appelé les secours le 9 avril 2009 car sa compagne, Stéphanie Rousset, 27 ans, qui venait d’accoucher de leur troisième enfant un mois et demi auparavant, faisait un malaise. Comme l’état de cette dernière se dégradait de plus en plus, son mari, alarmé, a appelé à plusieurs reprises. Florence Madet, permanencière auxiliaire de régulation médicale (Parm) du SAMU, qui a reçu les appels, ne semblaient pas consciente de l’urgence de la situation : « J’avais le sentiment que l’opératrice ne m’écoutait pas. Son attitude a diminué les chances de survie de Stéphanie » a déclaré Arnaud Blot. Le médecin régulateur du SAMU a été prévenu environ 34 minutes après le premier appel passé par Arnaud Blot. Les pompiers étaient sur place avant l’arrivée du Service Mobile d’Urgence et de Réanimation (SMUR). Stéphanie Rousset a été transportée au CHU d’Angers mais n’a pas pu être sauvée.

Florence Madet et le Centre Hospitalier Universitaire  d’Angers ont comparu lundi devant le tribunal correctionnel d’Angers pour homicide involontaire pour le décès de Stéphanie. Ils sont accusés d’avoir envoyé tardivement les secours. Le tribunal a requis une peine d’1 an de prison avec sursis contre la permanencière. Une amende s’élevant à 50 000 euros a été demandée au CHU d’Angers.

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.