Amnéville : saisie de 140 mygales et autre insecte chez un trafiquant

0
320

Pas moins de 140 mygales et une bonne dizaine de scorpions ont été découverts au domicile d’un trafiquant qui a été interpellé pour non respect des espèces protégées.

Une saisie record de migale jamais répertorié

Le trafic des espèces protégées est un délit passible de sanctions si l’on prend en compte la convention de Washington ainsi que le code de l’environnement en France. Et le comble, c’est que les enquêteurs ont pu récupérés un nombre impressionnant de mygales vivante et de scorpions au domicile d’un trafiquant sis à Amnéville. Mis à part ces espèces vivantes, on y a également découvert entre 2000 et 3000 mygales mortes, des papillons et des scarabées venant de Madagascar et de la Nouvelle-Guinée. Spécialisé en entomologie, ce trafiquant était fiché par les services douaniers et était déjà verbalisé pour détention d’animaux vivants dans ses bagages avant de faire l’objet de surveillance et d’enquête vers la fin de l’année 2013.

mygale10

Un trafic bien huilé

Ce qui a mis la puce à l’oreille des autorités, ce sont les fréquents voyages que ce quinquagénaire effectuait en Amérique Latine et en Asie. Des voyages  qu’il n’aurait pas pu se permettre étant donné qu’il vivait du RSA.

Mais maintenant l’histoire, est clair, c’est grâce au trafic de ces insectes que ce trafiquant pouvait se permettre un train de vie aussi élevé. D’autant plus que la revente, en Allemagne, de mygale vivante est estimée à 2.000 euros la pièce tandis que les insectes morts peuvent être vendus jusqu’à 1.000 euros. Les présentoirs, également destinés à la vente sont évalués entre 800 et 1.000 euros l’unité. De quoi rendre riche !!

Face à cette situation à Amnéville, le parquet a ordonné le gel des avoirs financiers de ce trafiquant d’insectes.

téléchargement

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.