"Je deviendrai Premier ministre du Pakistan et j'œuvrerai à l'éducation de chaque enfant"

Le tribunal antiterroriste pakistanais a condamné à perpétuité les dix agresseurs de Malala Yousafzaï, ce jeudi 30 avril 2015. Ces dix hommes, du Taliban TTP ou Tehrik-e-Taliban Pakistan, ont tenté d’assassiner Malala Yousafzaï en octobre 2012, à Mingora, au nord-ouest du Pakistan.

En septembre 2014, l’armée pakistanaise a arrêté dix suspects pour la tentative de meurtre de la jeune militante. Le juge Mohammad Amin Kundi avait attribué une peine de 25 ans à chacun d’eux, mais selon le droit pakistanais, cela correspond à la prison à vie. Cependant, les autorités pakistanaises ont fait connaître que le vrai tireur de Malala Yousafzaï, est encore en liberté, il s’est réfugié en Afghanistan.

Jeune battante

En 2009 quand elle n’avait encore que 11 ans, la petite fille a commencé à tenir un blog pour BBC, elle y témoignait sa vie quotidienne dans la vallée de Swat, une région sous l’emprise des Talibans. Malala Yousafzaï se battait pour l’éducation pour tous, mais surtout le droit à l’éducation pour les filles, interdite par les Islamistes radicaux. Depuis, elle était prise pour cible et avait reçu des menaces de mort.

En octobre 2012, alors qu’elle était en route pour rentrer chez elle, après la classe, les Talibans ont assailli son bus, en demandant qui était Malala. Heureusement, le projectile avait ricoché sur le coin gauche du crâne pour ressortir par la nuque. Elle n’a repris connaissance que quelques jours plus tard, à l’hôpital de Birmingham, en Angleterre, où elle a été évacuée d’urgence.

Icône et symbole de lutte

Son héroïne : le Premier ministre pakistanaise Benazir Bhutto
Son héroïne, c’est le Premier ministre pakistanaise Benazir Bhutto

Après ces évènements, la jeune fille est devenue une icône et un symbole, dans le monde entier. Couronnée en 2014 par le comité d’Oslo, Malala Yousafzaï est sans doute la plus jeune lauréat du prix Nobel de la paix,  mais aussi du prix Sakharov de l’Union européenne pour les droits de l’Homme.

Pour sa sécurité, la jeune pakistanaise réside à Londres, où elle avoue avoir le mal du pays, dans l’autobiographie qu’elle a écrit avec la journaliste britannique Christina Lamb.

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.

PARTAGER SUR