Une actrice Américaine condamnée à 18 ans de prison pour avoir envoyé des lettres empoisonnées à Obama

0
123

Les membres de gouvernement n’ont pas que des fans ! Cette jeune actrice Américaine a été condamnée à écoper 18 ans de prison ferme pour avoir envoyé des lettres empoisonnées à la ricine au Président Américain, Barack Obama et à deux autres membres du gouvernement.

GUESSnathaniel-richardson-shannon-rogers-guess

Cette actrice s’appelle Shannon Guess Richardson. Elle a été condamnée ce mercredi, au Texas, pour avoir essayé de tuer le Président Américain et deux autres personnalités, à 18 ans de prison. Cette actrice de 35 ans était connue pour ses apparitions dans des séries télé et a déjà plaidé coupable en décembre pour détention d’un poison appelé ricine, qu’elle affirme « utiliser comme une arme ».

Peu après son arrestation, elle a été inculpée pour avoir envoyé des lettres empoisonnées contenant de la ricine, non seulement à Barack Obama, mais aussi au Maire de New York, Michael Bloomberg et à l’ancien président des maires contre les armes illégales, Mark Glaze. La jeune femme a été finalement condamnée à payer une amende de 367 000 dollars et à écoper 216 mois de prison, soit en total 18 ans de prison. D’après le Procureur général John Bales qui se félicite de l’excellent travail des enquêteurs «La peine prononcée aujourd’hui met un terme juste et approprié à ce qui est une des affaires les plus inhabituelles, et même bizarres».

En mai et avril 2013, Shannon Richardson a acheté en ligne plusieurs ingrédients destinés à fabriquer de la ricine, une substance mortelle en cas d’ingestion, d’inhalation ou d’injection, contre laquelle aucun remède n’a été trouvé. Elle avait injecté de la ricine dans les lettres adressées au Président Obama et à deux autres personnalités haut placées, qu’elle a ensuite envoyées par le biais d’un bureau de poste, au Texas. Ensuite, le lendemain, elle s’était rendue dans un bureau de poste et a déclaré que son mari était responsable de l’envoi des lettres.

L’actrice aurait écrit au Maire de New York: «Le droit de porter des armes est mon droit constitutionnel, donné par Dieu, et j’exercerai ce droit jusqu’à ma mort. Ce qui se trouve dans la lettre n’est rien par rapport à ce que j’ai prévu pour vous», et menaçant de tuer d’une balle dans la tête toute personne qui oserait se présenter chez elle.

 

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.