France : manifestation bruyante des 500 employés de MoryGlobal à Paris.

0
10

Environ 500 employés du transporteur MoryGlobal ont bruyamment manifestés, à coup de sifflets, de pétards et de casseroles, le jeudi 26 mars 2015. Cette manifestation a eu lieu devant le ministère des Transports à Paris.

On pouvait lire sur les pancartes : « massacre social, la faute du Gouvernement », « on sera tous à Pôle Emploi », « MoryGlobal décédé, 31 mars 2015 », « la boîte est liquidée, c’est une grande magouille ». Ces slogans inscrits sur les banderoles ou un cercueil, ont été exposés face au ministère, sis dans le 7ème arrondissement et les forces de l’ordre étaient nombreuses pour encadrer les manifestants.

D’après Henri Korzur, 55 ans, dont c’est la première manifestation, l’Etat a promis à Arcole Industries, actuel actionnaire de MoryGlobal, la création de ladite entreprise sur les cendres de Mory Ducros, qui était sa propriété. Cette opération a entraîné 2 800 licenciements, entraînant un vaste plan social concernant 2 153 salariés. Seuls 141 personnes seront éventuellement recrutées, avec la meilleure offre de reprise.

Une délégation de manifestants reçue par le ministère

Selon Eric Jahier de la CFDT, le personnel attend la mise en place des garanties par le gouvernement, pour le financement du plan de sauvegarde pour l’emploi ou PSE. Le personnel exige, par ailleurs, le même plan social que l’année dernière, soit 30 millions d’euros de plus que le minimum légal.

Mr. Jahier a prévenu que sans progression tangible des négociations, les syndicats se retireront et les salariés les relaieront avec des risques de dérapages potentiels, pouvant aller jusqu’à l’incendie des stocks.

Durant la manifestation, une délégation d’une quinzaine de représentants du personnel a été reçue par les conseillers respectifs des ministères du Travail, des Transports et de l’Economie, pour débattre du plan social qui interviendra sous peu.

Dans un communiqué publié en soirée, les ministères ont annoncé la proposition et le financement par le Ministère du Travail, sur demande de François Rebsamen, pour un dispositif exceptionnel d’accompagnement individualisé.

Parallèlement, les ministres exigent du groupe Arcole Industries, la prise de ses responsabilités, en tant qu’actionnaire, et la contribution au financement du PSE.

La semaine prochaine, un rendez-vous est fixé pour une avancée attendue pour le règlement de la situation des salariés de MoryGlobal. Tandis que le tribunal de Commerce de Bobigny se prononcera sur la demande de placement en liquidation, déposée par les administrations judiciaires.

Ces administrateurs gèrent actuellement la société, depuis son placement en redressement judiciaire du 10 février 2015. Ils projettent de verser 3 millions d’euros, pour le financement des mesures d’accompagnement et ne prévoient rien d’autre pour les indemnités « supra-légales ».

Ne manquez plus aucune actualité, abonnez-vous à notre newsletter VIP.

PARTAGER SUR